Khaddam et Shihabi sont arrivés à Beyrouth et les relations ont pris leur forme définitive.

publisher: الديار AL Diyar

Publishing date: 1991-05-12

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Les pourparlers libano-syriens de haut niveau qui ont eu lieu hier au siège présidentiel entre le président de la République Elias Hrawi, le président du Parlement Hussein Al-Husayni et le Premier ministre Omar Karami d'une part, et le vice-président syrien Abdel Halim Khaddam, chef d'état-major de l'armée syrienne, le général Hikmat Shihabi, et le chef de la reconnaissance des forces syriennes opérant au Liban, ont en revanche accompli des progrès significatifs, voire définitifs, dans les relations distinctes entre les deux pays, la nomination de députés, la mise en œuvre des dispositions restantes de l'accord de Taëf et l'accord sur les mouvements en cours dans la région et la manière de faire face à ces mouvements et leur impact sur les deux pays.

La visite surprise de la délégation syrienne à Beyrouth intervient à un moment où les indicateurs politiques pointaient vers la possibilité de tenir dans un avenir proche un sommet libano-syrien pour discuter des questions soulevées sur la scène libanaise et régionale.

Des sources politiques et d'observateurs ont estimé que les négociations qui ont eu lieu ont éliminé la possibilité de tenir ledit sommet dans un délai prévisible, en attendant l'achèvement des dossiers avancés, notamment en termes de mise en œuvre des dispositions de Taëf relatives aux relations, aux nominations et à la décentralisation. , et traduire ce qui a été convenu lors de la phase suivante.
Ces pourparlers ont coïncidé avec l'aboutissement de deux étapes importantes : la question de l'envoi de l'armée vers le sud. Hier, une force de la 6ème Brigade a été dépêchée sur place en préparation du déploiement dans les zones opérationnelles des forces internationales, en vue de la mise en œuvre de la résolution 425. Par ailleurs, des progrès ont été réalisés dans les négociations de M. Mohsen Ibrahim en Tunisie avec les l'Organisation de libération de la Palestine, et un accord a été conclu pour tenir une réunion directe au Caire en marge de la Conférence des ministres arabes des Affaires étrangères entre les parties libanaise et palestinienne.

Les pourparlers libano-syriens ont duré quatre heures. A la fin des pourparlers, lors de son entretien avec les journalistes, le vice-président syrien, M. Khaddam, a confirmé qu'un accord avait été atteint sur l'analyse, la vision et la conclusion concernant les mouvements actuels dans la région et nos intérêts communs dans ces développements. En outre, un accord a été conclu sur les mesures prises par le gouvernement libanais dans son programme de mise en œuvre de la Charte nationale.

M. Khaddam a appelé tous les Arabes à renforcer leur soutien à l'État libanais et à tout mettre en œuvre pour garantir la mise en œuvre de la résolution 425 et le retrait israélien, car il s'agit d'une étape cruciale dans le renforcement de l'autorité de l'État. Il a souligné que la Syrie établirait des contacts pour discuter des moyens d'aider à la mise en œuvre de cette résolution. Interrogé sur les relations spéciales et si elles ont été discutées lors de la réunion, il a déclaré que les discussions ont été centrées sur les relations entre les deux municipalités, ce qui a conduit à l'échange d'informations et à la coordination des mouvements, et à un accord sur les concepts sur lesquels elles peut collaborer. Il a jugé naturel de discuter, dans une certaine mesure, de la mise en œuvre des dispositions concernant les relations syro-libanaises énoncées dans la Charte d'entente nationale.
Concernant la question des otages étrangers, Khaddam a exprimé son souhait de voir les Libanais détenus par les autorités israéliennes être libérés, ce que réclament les détenus au Liban. Il a qualifié les circonstances liées à cette affaire de positives et a considéré la visite du ministre soviétique des Affaires étrangères au Liban comme significative, reflétant un soutien international accru à l'État libanais et au processus de réconciliation nationale.

Selon les informations d'Al-Diyar et des sources au siège présidentiel, les discussions entre les deux délégations syriennes et les trois présidents ont principalement porté sur le sujet des relations distinctes. Il a été présenté point par point, suivant le projet préparé par le Comité Ministériel. Le vice-président syrien a fourni une explication détaillée de la position de Damas sur chaque point.

Selon ces sources, les observations syriennes seront présentées lors de la réunion de la commission des relations spéciales, prévue demain jeudi à 17 heures, au Palais du Gouvernement.

Une autorité représentative a cité lors de la réunion que le vice-président syrien s'était enquis de la position récente de Bakirki sur la question des relations spéciales. Il a reçu la confirmation des trois présidents et de l'état-major que la mise en œuvre de Taëf progresse sans obstacles. M. Khaddam a exprimé sa conviction que l'atmosphère actuelle est propice à la progression constante vers la réalisation de l'intégralité des termes de l'accord de Taëf.
La discussion a également abordé brièvement le sujet des nominations parlementaires sans entrer dans les noms précis, comme l'a confirmé l'autorité parlementaire. La délégation syrienne a exprimé son souhait que cette étape prenne le temps nécessaire, comme l'exige le cycle habituel de soumission des candidatures et de collecte d'avis avant que le Conseil des ministres ne prenne la décision de procéder à ces nominations. Il semblerait que l'on ait l'impression que cette étape n'aura pas lieu avant la mi-juin. Le processus s'achèvera dans le calme après que les contacts et consultations nécessaires auront été effectués. La référence a indiqué que l'étape de nomination pourrait être liée à l'achèvement des deux dossiers de décentralisation administrative et des relations libano-syriennes, dans le but de représenter toutes les tendances politiques et sociales marquantes à la lumière des changements en cours au sein du nouveau Parlement.

Al-Diyar a appris que la perspective du pouvoir a été adoptée lors de la réunion, favorisant l'établissement de relations distinctes à la Chambre des représentants par la Chambre actuelle, avant la nomination de nouveaux députés. L'avis de l'arbitre sur cette affaire souligne la nécessité de séparer les deux questions, soulignant que la nomination des députés ne doit pas être interprétée comme servant les intérêts de la Syrie en obtenant un consensus parlementaire dans la nouvelle Chambre alors qu'il n'y en a pas dans la Chambre actuelle.
Par conséquent, le président Karami devrait communiquer demain les observations syriennes sur les relations au Comité ministériel. Le texte du projet sera révisé et approuvé lors des prochaines sessions du Cabinet sous le titre de Traité sur les relations spéciales entre le Liban et la Syrie. Le projet sera ensuite soumis au Parlement pour examen et approbation, un processus qui devrait être achevé au plus tard à la fin de ce mois. Des sources ministérielles bien informées ont décrit le traité comme un cadre de coordination qui ne va pas jusqu’à l’intégration, car il couvrira divers aspects, notamment les domaines politique, sécuritaire, économique et militaire.

Au cours de la réunion, le principe de l'absorption des éléments de milices dans l'État a également été discuté, avec quelques idées échangées sans entrer dans les détails précis.

Les entretiens entre la délégation syrienne et les trois présidents ont débuté hier à 12h15 et ont inclus un déjeuner de travail à 15h15 pour se terminer à 16h10.

Selon les informations, cette visite a été coordonnée par des responsables libanais, notamment suite aux récentes visites des ministres Dalloul, Al Murr et Boise à Damas.

Lors des prochains contacts, Al-Diyar a appris que la capitale syrienne connaîtrait des visites intensives de responsables libanais dans les prochains jours. Au premier rang d'entre eux se trouve le ministre Nabih Berri, qui se rendra à Damas en début de semaine pour consulter des responsables syriens sur les questions soulevées, notamment celle des nominations parlementaires. Le ministre Marwan Hamadeh s'est également rendu hier à Damas, où il rencontrera M. Abdel Halim Khaddam, et il recevra aujourd'hui la visite du ministre Mohsen Dalloul.
Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp