La visite de Khaddam en Arabie saoudite… MISE EN GARDE DES SAOUDIENS CONCERNANT LES ISRAÉLIENS À BEYROUTH

publisher: The New York Times

Publishing date: 1982-06-20

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

L’Arabie saoudite a déclaré aujourd’hui que si les troupes israéliennes entraient à Beyrouth, les Arabes défendraient  »leurs territoires » de toutes leurs forces, selon l’agence de presse saoudienne.

Il n’y avait aucune indication des territoires auxquels faisaient référence les Saoudiens ni de l’action spécifique qu’ils menaçaient. Cette mise en garde a été émise après l’arrivée du ministre syrien des Affaires étrangères, Abdel Halim Khaddam, dans la capitale estivale saoudienne de Taïf pour des discussions sur la crise.

Une déclaration du palais royal, rendue publique par l’agence, faisait référence à ce qu’elle appelait des menaces israéliennes répétées d’envahir la capitale du Liban fraternel.

 »Le royaume d’Arabie saoudite met donc en garde contre une telle action d’Israël et déclare que l’invasion de la capitale d’un pays arabe indépendant et souverain invalidera tous les efforts politiques et initiatives arabes en cours dans tous les domaines », a déclaré le communiqué.

L’action israélienne entraînerait les Arabes à assumer leur responsabilité historique  »d’exercer leur droit légitime de défendre leurs territoires de toutes leurs forces », a-t-il ajouté.

La déclaration, qui semblait suivre une réunion entre M. Khaddam et le nouveau monarque saoudien, le roi Fahd, a déclaré que le royaume se tenait aux côtés de tous les États arabes dans leur solidarité avec les peuples libanais et palestinien.

 »L’Arabie saoudite sera la première à répondre à l’appel du devoir », a déclaré le communiqué. La visite de M. Khaddam en Arabie saoudite est la première d’un responsable syrien depuis l’invasion du Liban, qui a conduit les troupes israéliennes aux portes de Beyrouth pour poursuivre les Palestiniens.

L’Arabie saoudite a appelé la semaine dernière le président Reagan et les dirigeants de la Grande-Bretagne, de la France et de l’Allemagne de l’Ouest à obtenir le retrait d’Israël du Liban.

La réunion d’aujourd’hui à Taïf a été présidée par le prince Abdullah, le prince héritier saoudien et premier vice-premier ministre, et le prince Sultan, le deuxième vice-premier ministre et ministre de la Défense.

Le royaume saoudien a joué un rôle clé dans l’établissement d’un cessez-le-feu au Liban l’année dernière dans le but de parvenir à une réconciliation nationale. La Syrie a contribué à mettre fin à la guerre civile libanaise en 1976 et a stationné ses troupes au Liban sous un mandat de la Ligue arabe. Ses forces ont subi de graves pertes lors de l’invasion israélienne.

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp