Le discours du vice-président syrien Abdel Halim Khaddam, devant un meeting du parti, sur l’actualité1991

publisher: مؤسسة الدراسات الفلسطينية

Publishing date: 1991-02-10

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Je veux me concentrer sur une phase spécifique où le parti, en plus de sa conception idéologique du conflit israélo-arabe sioniste, a une stratégie claire pour faire face à ce conflit. Cette stratégie a été proposée par le secrétaire général du parti, le camarade Hafez Al-Assad, lorsqu'il était ministre de la Défense, lors de la quatrième conférence qatarienne en 1968 et a provoqué un désaccord au sein de la direction du parti de l'époque. Ce différend fut résolu le matin du 16 novembre 1970.

La stratégie du parti reposait sur les principes et éléments suivants :

L’objectif intermédiaire sur lequel tous les efforts devraient se concentrer est la libération et la restauration des droits nationaux inaliénables du peuple arabe palestinien. Pour atteindre cet objectif, un certain nombre de facteurs doivent être fournis par le parti et l'État :

1 - Réexaminer la situation arabe et corriger les relations de la Syrie avec tous les pays arabes. Ces relations avec la plupart des pays arabes ont été rompues ou gelées afin de donner une dimension nationale à notre conflit avec l'ennemi sioniste. Nous avons rétabli les relations avec les pays avec lesquels nos relations étaient rompues et nous avons activé les relations avec les pays avec lesquels nos relations étaient gelées.
2 - Nous nous sommes concentrés principalement sur trois directions : la première direction est vers l'Égypte, considérant que l'Égypte est notre partenaire dans notre lutte et dans tous les combats qui ont eu lieu ou pourraient avoir lieu avec l'ennemi israélien.
La deuxième priorité après 1970 était celle des pays pétroliers, car nous pensions que l’arme pétrolière et le potentiel pétrolier devaient être impliqués, d’une manière ou d’une autre, dans notre lutte contre l’ennemi israélien. De grands efforts ont été déployés personnellement par le camarade secrétaire général, en collaboration avec les dirigeants égyptiens de l'époque, pour que ces pays aient un rôle et une position dans ce conflit. Nous nous souvenons tous que le pétrole a été utilisé pour la première et dernière fois dans le conflit, lorsqu'il a été arrêté par les États-Unis d'Amérique et par certains pays européens qui soutenaient Israël.

La troisième direction sur laquelle nous nous sommes concentrés était l’Irak. Nous nous sommes concentrés sur l’Irak pour deux raisons principales : premièrement, parce que l’Irak est un pays frère dont le peuple partage les mêmes aspirations, espoirs et sentiments nationaux. Nous partageons une longue histoire et avons des intérêts communs vitaux en plus des considérations nationales. Si l’on met de côté les considérations nationales, il existe des considérations régionales et des intérêts vitaux pour la Syrie et l’Irak qui exigent qu’ils soient ensemble dans une même position et sur un seul front. En outre, nous pensons que si nous parvenons à recruter l’Irak à nos côtés et à l’avoir à nos côtés face à la confrontation avec Israël, nous aurons réalisé des progrès significatifs dans la réalisation de nos objectifs nationaux liés au conflit israélo-arabe.

Par conséquent, l’Irak est resté et restera une question ou un sujet important pour notre vision stratégique nationale et notre vision tactique qatarienne.
Durant la guerre Irak-Iran, de nombreux changements ont commencé à apparaître sur la scène internationale. Le fossé entre l’Est et l’Ouest a commencé à se réduire, les événements se sont accélérés et des changements ont eu lieu en Europe de l’Est. Le Pacte de Varsovie est tombé et il semble qu’un nouveau monde soit en train d’émerger. À la lumière de ces changements et dans le même temps, l’Europe a accéléré ses pas vers l’unité.

Si l’on revient sur ces événements et leurs conséquences dans le monde arabe, que s’est-il passé ? Nous pensons que le seul bénéficiaire au monde de cette évolution est Israël. Ses relations avec les pays d’Europe de l’Est ont été rétablies, les portes ont été ouvertes en Union soviétique et ses relations avec les pays africains ont été rétablies. Cette situation exige-t-elle que nous et les Arabes adoptions une position particulière, une nouvelle révision, une nouvelle vision et recherchions de nouvelles méthodes pour faire face à ces développements, ou devrions-nous affronter ce nouveau monde avec les mêmes méthodes et approches que celles que nous avons utilisées pour faire face aux problèmes régionaux et internationaux ? situations internationales dans le passé ? Cette question a fait l'objet de discussions au sein de la direction du parti.

Le camarade secrétaire général a initié plusieurs contacts avec un certain nombre de chefs d'État arabes afin de rechercher une nouvelle approche arabe qui permettrait aux Arabes de faire face, d'une part, à ces changements internationaux et, d'autre part, à la puissance croissante de l'ennemi israélien.

Alors que la Syrie envisageait de remédier globalement à ces situations, que se passait-il sur la scène arabe ? Il y a eu une démarche irakienne, jordanienne, yéménite et égyptienne visant à établir un bloc de quatre pays, suivie par une démarche au Maghreb visant à établir également un bloc de pays marocains.
À une époque où les nations d’Europe sont unies et où Israël récolte les fruits des changements internationaux, les Arabes auraient dû rechercher une nouvelle approche arabe qui unisse les énergies arabes et renforce les capacités de la nation arabe. Ils auraient dû procéder à une révision des institutions de l’action arabe commune en faveur de l’unification. Cependant, à l'heure actuelle, nous pensons que certains frères arabes ont recours à la destruction de l'institution d'action arabe commune, la Ligue arabe, et à la création de tels blocs.

À une époque où il était nécessaire de rechercher un bloc arabe uni, confronté collectivement aux mêmes dangers, au lieu de recourir à la création de tels blocs, qui avaient par nature une nature qatarie et étaient axés sur les intérêts qatariens. Si nous examinons les documents de ces blocs, nous ne trouverons pas un seul mot lié au conflit israélo-arabe. Ils se préoccupaient uniquement de préserver les intérêts qatariens.

Cependant, lorsque la création du Quatuor fut annoncée, il devint évident que les Arabes se préparaient à une nouvelle guerre. Cette guerre ne serait pas contre la Syrie mais plutôt dans le Golfe. Naturellement, lorsque la guerre éclatera dans le Golfe, dans cette région riche en pétrole, nous devrons reconnaître que des puissances étrangères seront impliquées. Il est clair que les puissances étrangères joueraient un rôle clé dans cette guerre et interviendraient dans la région. Face à cela, le camarade Al-Amin Al-Alam a repris ses contacts avec un grand nombre de présidents arabes, les mettant en garde sur ce qui allait se passer dans la région.

Malheureusement, leur vision ne dépassait pas leurs préoccupations immédiates. Cependant, nous n’avons pas perdu espoir et avons décidé de poursuivre une approche qui permettrait de rectifier et d’améliorer l’action arabe commune. Comme nous le savons, les relations syro-égyptiennes se sont améliorées. Nous avons entamé des discussions sur la possibilité d'organiser un sommet arabe et avons préparé celui-ci. Mais en même temps, que se passait-il ?
À une époque où les Arabes doivent mettre de côté tous leurs conflits périphériques, reconnaître le danger réel posé par Israël et reconnaître les risques de changements internationaux, l'Irak a eu recours à l'envoi de quantités substantielles d'armes et d'équipements au Liban, en particulier aux Forces libanaises et à Michel Aoun. . La question se pose : qui était la cible visée par ces armes ? Sans aucun doute, ils visaient Israël. Cependant, ces armes ont finalement été utilisées contre des compatriotes patriotes au Liban. Michel Aoun les a employés dans ce qu'il appelle la bataille de libération contre la Syrie.

Le régime irakien a dépensé plus d’un demi-milliard de dollars en armes, en fonds et en pétrole pour les Forces libanaises et Michel Aoun. Il est important de noter que ces armes n’étaient pas dirigées contre Israël, mais contre les patriotes du Liban et de Syrie. Néanmoins, nous avons toléré cette situation.

Au cours de cette période, alors que la peur et l’appréhension imprégnaient l’esprit de chaque citoyen arabe quant à l’avenir du monde arabe, le Parlement jordanien a pris l’initiative d’envoyer deux lettres, l’une au président irakien et l’autre au camarade secrétaire général. Dans les deux lettres, un appel passionné a été lancé aux deux pays pour qu’ils surmontent leurs divergences, unissent leurs efforts, en particulier après la conclusion de la guerre Irak-Iran, et réorientent leur attention vers la confrontation avec l’ennemi israélien et les risques futurs.

Quelle a été la réponse du président irakien au Parlement jordanien ? Un message a été publié contenant une campagne dure et injuste contre la Syrie.

Une question se pose : pourquoi avons-nous envoyé des troupes en Arabie Saoudite ? Pourquoi ne sommes-nous pas restés neutres dans cette guerre ?

Camarades, nous ne pouvons pas nous permettre de rester neutres dans cette guerre pour deux raisons importantes. Premièrement, nous faisons partie d’une nation déchirée par ce conflit, et ses effets persisteront pendant des générations à venir. Deuxièmement, nous sommes une cible dans cette guerre, car elle a donné encore plus de pouvoir à Israël, et nous affrontons directement Israël.
De plus, cette guerre a dévasté les capacités et les ressources arabes qui auraient dû être mobilisées sur la ligne de front contre Israël, plutôt que déployées dans le Golfe. Nous avons donc un intérêt direct dans ce conflit et nous ne pouvons tout simplement pas rester les bras croisés. Rester passif n’est pas dans le meilleur intérêt de l’Irak, de la Syrie ou de la nation arabe dans son ensemble.

Pourquoi avons-nous envoyé des troupes ?

Mes amis, nous avons été confrontés à deux facteurs critiques qui nous ont obligés à envoyer des troupes, tous deux dangereux et nécessaires. Premièrement, il y a un pays arabe qui a été dévasté et d’autres nations arabes risquent de subir le même sort. Ils ont demandé de l'aide. Faut-il fermer les yeux lorsqu’ils sont victimes d’agressions ?

Ils ont fait preuve d’une certaine solidarité avec nous au cours de notre lutte contre l’ennemi israélien. De plus, si les forces arabes ne participent pas au Golfe, les puissances étrangères deviendront les seules protectrices de cette région. Les habitants s'associeront alors à ceux qui les sauvegardent. Par conséquent, nous ne pouvons pas ignorer cette région vitale du monde arabe pendant une période prolongée.

La deuxième raison, et la plus importante, est que notre implication dans le Golfe a empêché la participation d'Israël. Si la Syrie n’avait pas envoyé de troupes en Arabie Saoudite, Israël unirait désormais ses forces à celles de l’Occident pour affronter l’Irak.

Nous devons pleinement comprendre les risques associés à une telle implication. Si nous permettons à Israël de devenir un partenaire de l’Occident, il contrôlera non seulement le pétrole de la région mais aussi sa géographie. Dans ce scénario, Israël n’aurait pas besoin de mener des guerres pour établir un Grand Israël, car la région entière succomberait à la domination israélienne.

Camarades, nous avons accompli une tâche monumentale et fait un pas historique en empêchant Israël de se joindre à la guerre du Golfe. Vous pouvez désormais constater la pression exercée sur Israël pour qu’il s’abstienne de toute implication. Pourquoi? Parce que la Syrie existe. Si la Syrie n’existait pas, Israël aurait subi des pressions pour participer à cette guerre.

En outre, nous sommes bien conscients que toute guerre, quelle que soit son ampleur, entraîne des conséquences importantes. Cette guerre n’est pas un conflit mineur ; c’est une guerre majeure aux implications considérables. Notre participation nous permet de jouer un rôle pour atténuer autant de dégâts que possible dans la région.
Nous ne pouvons pas nous permettre de négliger ou de négliger cette question. Nous ne pouvons pas nous soustraire à notre responsabilité de façonner et de gérer l’avenir et les affaires de la région tout entière.

Certains pourraient se demander : comment les forces syriennes peuvent-elles être présentes, surtout compte tenu de la présence de forces étrangères que nous considérons idéologiquement et politiquement hostiles ? Avant toute chose, camarades, j'aborderai les questions qui peuvent se poser et j'expliquerai les raisons de notre présence.

Deuxièmement, lorsque le Koweït a été envahi, l’Arabie saoudite et les États du Golfe ont demandé l’aide arabe pour libérer et protéger le Koweït. Discutons de cette question objectivement, en mettant de côté tout parti pris ou idée préconçue. Existe-t-il des forces arabes capables d’expulser les forces irakiennes du Koweït et de protéger les États du Golfe ? Parmi les pays arabes dotés de capacités militaires importantes dans la région, nous trouvons l’Irak, la Syrie et l’Égypte. Prenons le cas de la Syrie. La Syrie possède des capacités militaires qui pourraient dissuader l’Irak, mais qu’est-ce que cela implique ? Devrions-nous retirer notre armée de la confrontation avec l’ennemi israélien pour engager une bataille contre l’Irak ? Que pourrait-il se passer ? Devons-nous nous lancer dans une entreprise aussi risquée ?

Nous devons également tenir compte du fait que, quelles que soient les actions commises par le gouvernement irakien contre la Syrie et les dommages matériels et psychologiques qui en résultent, nous n'avons jamais envisagé l'idée que l'armée syrienne combatte l'armée irakienne à la frontière syro-iraquienne. en cas de guerre entre les deux pays. Nous comprenons l’importance d’éliminer tous les obstacles qui pourraient empêcher l’Irak d’aligner son peuple et son armée sur nous. Tout conflit entre la Syrie et l’Irak serait plus dévastateur que la guerre historique entre les Omeyyades et les Abbassides.

Par conséquent, nous devons évaluer soigneusement la situation et prendre des décisions stratégiques qui donnent la priorité aux intérêts de notre nation et préservent notre position contre l’ennemi israélien.
Les énergies de la Syrie et de l’Irak seront épuisées, laissant seul Israël contrôler la situation. En conséquence, les dirigeants ont pris la décision de déployer une force importante qui ne compromettrait pas notre capacité à affronter l’ennemi israélien, tout en évitant une guerre syro-irakienne. Cette force était chargée de défendre l’Arabie saoudite, le Koweït et de contrer l’agression irakienne, plutôt que de provoquer un conflit entre la Syrie et l’Irak. Le calcul était précis et les procédures exécutées en conséquence. C'est ainsi que ces troupes furent envoyées.

Dans le cas de l’Égypte, il n’y a aucune proximité géographique entre elle, l’Irak ou l’Arabie Saoudite. Sans le déploiement de troupes, Saddam Hussein pourrait étendre son influence jusqu’à Oman.

Ainsi, compte tenu des raisons évoquées, les capacités arabes sont objectivement insuffisantes pour dissuader les opérations menées par le régime irakien dans les États du Golfe. S’il doit y avoir une guerre pour chasser les Irakiens du Koweït, qu’elle soit un conflit entre étrangers et Irakiens, et non entre frères arabes. Laissons les forces étrangères partir, tandis que nous, en tant que membres d’une seule nation, restons dans cette région. Nous devons nous efforcer de minimiser l’héritage de la haine envers nos enfants et les générations futures, car cela aura sans aucun doute un impact sur la nation arabe et son avenir.

C’est pourquoi nous n’avons pas engagé de discussions lorsque l’Arabie saoudite a proposé le recours à des forces amies pour se défendre et défendre les États du Golfe, avec l’assurance que ces forces se retireraient rapidement une fois la question du Koweït résolue et l’évacuation des forces irakiennes terminées. Vous connaissez tous les déclarations faites par ces forces, soulignant leur intention de se retirer dès que le problème au Koweït sera résolu.

Si l’on analyse les slogans actuellement propagés par le régime irakien, sont-ils vraiment authentiques ? Pouvons-nous croire que le régime irakien a réellement l’intention de combattre Israël ? Visent-ils vraiment à soutenir la cause palestinienne ? Cherchent-ils véritablement à s’attaquer à la répartition des richesses pétrolières et à résoudre les problèmes entre Arabes pauvres et riches ? Ces affirmations sont-elles exactes ?

Évaluons les résultats. Camarades, ceux qui aspirent véritablement à combattre Israël doivent d’abord établir une alliance avec la Syrie et s’unir à elle, car il est impossible de combattre Israël tout en nourrissant de l’hostilité envers la Syrie.
Comment pouvons-nous croire que le régime irakien, qui a historiquement investi toutes ses ressources humaines, psychologiques, sociales et politiques dans le soutien à la Palestine, affronterait Israël de manière indépendante et travaillerait même contre lui, en l’affaiblissant et en conspirant contre lui ? Une telle idée est-elle crédible ? Comment pouvons-nous croire que le régime irakien a réellement l’intention de combattre Israël tout en apportant son soutien aux mandataires d’Israël au Liban, en déployant des efforts pour affaiblir la Syrie au Liban et en sapant les forces nationales au Liban ? Pouvons-nous vraiment croire cela ? Et après, que s'est-il passé? Le régime irakien a lancé des roquettes vers la Palestine. Quelles ont été les conséquences ?

Camarades, pouvons-nous nous attendre à ce qu'Israël mène la guerre en lançant quelques roquettes alors que l'armée irakienne reste coincée au Koweït, subissant destruction, fragmentation et frappes ? Est-ce la manière d’affronter l’ennemi israélien ? Comment peut-on croire à un tel scénario ? Et qu’est-ce qu’Israël a gagné grâce à ces roquettes et à l’invasion du Koweït ? Où en est l’Intifada aujourd’hui ? Où est le soutien mondial à l’Intifada ? Et où en est la cause palestinienne aujourd’hui ?

Assiste-t-on actuellement à la poursuite de l’Intifada ? N'observons-nous pas un changement dans l'opinion publique mondiale, où l'accent est passé de la condamnation d'Israël à cause de l'Intifada à la condamnation de la cause palestinienne à la suite de cette invasion ? De plus, nous assistons à un afflux massif d’aide militaire, économique et politique dirigée vers Israël en réponse à ces quelques roquettes et aux blessures de 100 Israéliens.

Certains individus insensés ont peut-être applaudi ces missiles, mais qu’est-ce qu’Israël en a réellement retiré ? Il a adopté un système de défense qui obligerait les Arabes à dépenser des dizaines de milliards de dollars pour le contrebalancer. Et tout cela s’est produit en échange des blessures de seulement 100 Israéliens. Un accident de bus aurait pu faire plus de victimes parmi les Israéliens que ces roquettes. Pendant ce temps, Israël a reçu des milliards de dollars pour accueillir les immigrants juifs et installer trois millions de Juifs en Palestine.

Qu'est-ce que cela signifie ? Est-ce ainsi que nous affrontons efficacement Israël ? Le seul bénéficiaire de cette guerre est Israël, tandis que les plus grands perdants sont la nation arabe, en particulier le peuple palestinien et sa cause.


Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp