Les Arabes divisés sur le sommet

publisher: UPI

Publishing date: 1980-11-12

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Déclarant que les rangs arabes sont « maintenant plus divisés que jamais », la Syrie a demandé mercredi le report indéfini du sommet arabe prévu ce mois-ci.

Auparavant, l’Arabie saoudite et la Jordanie, qui accueille le sommet du 25 novembre, ont déclaré qu’il aurait lieu comme prévu.

Les analystes arabes ont déclaré que la demande syrienne de retard était le résultat de divergences profondes entre les États arabes pro-soviétiques et pro-occidentaux.

Les Saoudiens veulent que le sommet se poursuive et se concentre sur la guerre entre l’Iran et l’Irak, la crise afghane et d’autres « menaces extérieures » pour le Moyen-Orient.

Les Syriens voulaient que la réunion se concentre sur Israël, excluant ainsi les critiques embarrassantes de leur soutien à l’Iran dans la guerre du golfe Persique. Cependant, sentant que le sommet ne risquait pas de se dérouler à leur manière, les Syriens cherchaient maintenant à le reporter, ont déclaré les analystes.

La radio de Damas, dirigée par l’État, a diffusé le texte d’une lettre que le ministre des Affaires étrangères Abdel Halim Khaddam a envoyée au secrétaire général de la Ligue arabe, Chadli Kleibi, demandant le report.

« Vous devez convenir avec moi que les rangs arabes sont maintenant plus divisés que jamais. Si ces divisions se propagent et se développent pendant le sommet, la plus haute autorité arabe, nous exposerons le sommet à l’échec et aux divisions », a déclaré Khaddam.

« Face à cette situation, je ne pense pas que les conditions que j’ai exposées soient propices à la tenue d’une conférence capable de remplir les objectifs pour lesquels elle a été envisagée », a-t-il déclaré.

Khaddam n’a pas suggéré de date alternative pour la réunion.

Il n’y a pas eu de réaction immédiate de la Jordanie. Mais le ministre jordanien des Affaires étrangères, Marwan al-Kassem, a déclaré mardi que le sommet aurait lieu comme prévu. Le prince héritier d’Arabie saoudite, Fahd, a fait une déclaration similaire.

Un groupe de sept ministres arabes des Affaires étrangères devait se réunir à Amman mardi prochain pour rédiger un ordre du jour pour le sommet. Une tentative antérieure du même comité n’avait pas réussi à produire un consensus sur ce qui devrait être discuté.

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp