Khaddam : la nécessité d’avoir un président capable de proposer des solutions plutôt que d’être simplement un chef chargé de gérer la crise

publisher: الديار

Publishing date: 1988-07-06

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
La délégation de la Rencontre islamique, composée des députés Zaki Mazboudi et Jamil Kabbi, est revenue de Damas à Beyrouth après sa rencontre avec M. Abdel Halim Khaddam, vice-président syrien, et a tenu des réunions supplémentaires avec des responsables syriens.

La réunion avec Khaddam a débuté à 12 heures et s'est terminée à 14 heures. Cela impliquait des discussions sur la situation sécuritaire, en particulier les conditions dans les camps, et sur des questions constitutionnelles.

Des sources de la délégation ont confirmé que Khaddam s'est dit satisfait des efforts déployés par l'Algérie et la Libye, en collaboration avec la Syrie, pour améliorer la situation dans les camps palestiniens par des méthodes appropriées. Il a souligné que tout obstacle à ces efforts aurait un impact négatif sur l’intérêt public.

Concernant la position de la délégation, ils ont exprimé leurs regrets face aux affrontements entre Palestiniens, car ils estiment que cela a eu un effet néfaste sur l'Intifada dans les territoires occupés. Ils ont souligné l'importance de mettre fin à ces combats.
On a appris que la délégation a donné la priorité à la sécurité avant de discuter d'autres questions, la considérant comme une condition préalable nécessaire à la prochaine élection présidentielle. Ils ont proposé de mettre en œuvre le projet de sécurité de Beyrouth pour assurer la sécurité dans tout le Liban, car toute tension dans une région libanaise affecterait inévitablement Beyrouth et vice versa. Cependant, les sources ont indiqué que Khaddam n'a pas soutenu cette proposition, car il a exclu la possibilité d'organiser des élections présidentielles dans les conditions de sécurité actuelles.

Khaddam, aux côtés du responsable de la solution, a réitéré la nécessité d'un président capable de proposer des solutions plutôt que de se contenter de gérer la crise lors des discussions sur la prochaine présidence. Il a exprimé la volonté de la Syrie d'aider le Liban à organiser des élections et a qualifié les relations libano-syriennes actuelles de positives.

En outre, il a été noté que les deux partis n'ont pas abordé la question de la réforme ou de la situation du gouvernement. La réunion continuera à maintenir le contact pour suivre le rythme de la phase actuelle. La délégation de la Rencontre islamique pourrait planifier une deuxième visite à Damas dans les deux prochaines semaines.

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp