147. Mémorandum de l’assistant adjoint du président pour les affaires de sécurité nationale (Scowcroft) au président Ford 1

publisher: office of the historian

Publishing date: 1975-03-15

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Office of the Historian

 

RELATIONS EXTÉRIEURES DES ÉTATS-UNIS, 1969-1976, VOLUME XXVI, DIFFÉREND ARABE-ISRAÉLIEN, 1974-1976


147. Mémorandum de l'assistant adjoint du président pour les affaires de sécurité nationale (Scowcroft) au président Ford 1
Washington, 15 mars 1975.

Le secrétaire Kissinger m'a demandé de vous transmettre le message suivant :

« Je suis arrivé aujourd'hui à Damas peu après midi pour découvrir que le Ministre des Affaires étrangères Khaddam, qui devait partir pour La Havane pour une réunion préparatoire à la conférence au sommet des pays non alignés qui se tiendra en juillet au Pérou, avait retardé son départ pour être présent à les discussions d'aujourd'hui. Khaddam a d'ailleurs passé la majeure partie de la nuit à rencontrer le ministre algérien des Affaires étrangères Bouteflika, qui s'est arrêté à Damas en route vers Téhéran où il sera présent à la première réunion des ministres des Affaires étrangères iranien et irakien suite au récent accord entre leurs deux pays. Selon Khaddam, Bouteflika a promis un soutien politique, économique et militaire total à la Syrie. Il est clair que les Syriens poursuivent leurs efforts pour rassembler leur soutien contre un accord séparé égypto-israélien qui, craignent-ils, les exclurait du processus de rétablissement de la paix.

« Au cours d'une réunion de deux heures avec le président Assad, Khaddam, le vice-Premier ministre Haydar et le chef de l'armée de l'air (et vice-ministre de la Défense), le général Jamil, suivie de plus de deux heures seul avec Assad2, mon principal effort a été dirigé vers dissiper les soupçons d'Assad. et la crainte d’un accord égyptien séparé. J'ai de nouveau passé en revue les raisons pour lesquelles nous ne pouvons pas négocier simultanément des accords égyptiens et syriens, souligné que le succès des négociations actuelles créerait un meilleur climat pour un effort du côté syrien et rassuré Assad sur le fait que nous serions prêts à faire un effort majeur pour la Syrie. une fois qu'un accord sur le Sinaï aura été conclu. J'ai également expliqué à Assad pourquoi nous ne pouvons pas maintenant établir de contact politique avec les Palestiniens, à la cause desquels il est plus sincèrement dévoué que la plupart des autres dirigeants arabes, mais je lui ai dit que nous recevrions tous les messages que les Palestiniens pourraient transmettre par son intermédiaire.
« Suite à ma dernière visite à Jérusalem et à une conversation privée que j'ai eue avec Rabin, j'ai pu dire à Assad que, pour la première fois, je pense qu'on commence à réfléchir sérieusement en Israël à la nécessité d'un mouvement. également sur le front syrien. C’est le principal élément nouveau que j’ai pu injecter dans la conversation. Je ne peux pas encore juger s’il a été possible d’apaiser suffisamment les inquiétudes d’Assad quant à sa volonté de ne pas chercher à saper un accord égypto-israélien et d’en aligner d’autres, y compris Faisal, pour soutenir un tel effort. L'atmosphère de la réunion d'aujourd'hui avec Assad a été considérablement plus détendue que celle de la dernière4 cependant, et Assad a fait une déclaration d'une éloquence impressionnante devant ses collègues expliquant pourquoi la Syrie a pour la première fois déclaré publiquement qu'elle voulait la paix - non pas pour le bien d'Israël mais pour la Syrie. C'est en tout cas une bonne chose que j'aie effectué cette deuxième visite à Damas et j'ai dit à Assad que j'étais prêt à revenir avant de retourner à Washington pour discuter avec lui de la manière dont nous pourrions ensuite procéder sur le front syrien. Je l’ai exhorté à réfléchir à ce que la Syrie peut faire, en échange d’un nouveau retrait israélien, pour convaincre Israël que les choses évoluent dans le sens de la paix et pour contribuer à favoriser une transition d’une guerre vers une psychose de paix en Israël qui serait irréversible.

"Je passerai cette nuit à Amman et, après avoir appris que le roi Fayçal ne peut pas me voir demain en raison d'une visite d'État du président du Mali, je retournerai directement à Jérusalem demain (dimanche) après-midi et j'attendrai ce que le cabinet israélien a autorisé. Rabin en réponse aux dernières idées du président Sadate.

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp