Le ministre syrien des Affaires étrangères, Abdul Halim Khaddam, a accusé les États-Unis et leurs alliés

publisher: UPI

Publishing date: 1983-09-28

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Le ministre syrien des Affaires étrangères, Abdul Halim Khaddam, a accusé les États-Unis et leurs alliés au sein de la force multinationale de maintien de la paix au Liban de chercher à restaurer le colonialisme au Moyen-Orient.

S’adressant à la 38e Assemblée générale de l’ONU, Khaddam a attaqué les États-Unis à six reprises pour tenter de réviser l’expansion coloniale au Moyen-Orient et pour utiliser Israël pour soutenir les intérêts stratégiques américains dans la région.

Khaddam devait rencontrer le secrétaire d’État George Shultz vendredi. Khaddam a rencontré le secrétaire aux Affaires étrangères britannique Geoffrey Howe et le ministre italien des Affaires étrangères Giulio Andreotti mercredi.

Les responsables britanniques et français ont quitté les réunions avec Khaddam avec l’impression que la Syrie s’opposera à l’idée que les États-Unis et leurs alliés renforcent l’Organisation des Nations unies pour la surveillance de la trêve (UNTSO), qui patrouille les cessez-le-feu au Moyen-Orient depuis 1948, pour une utilisation au Liban.

Les États-Unis et d’autres pays de la force multinationale de maintien de la paix ont convenu qu’elle ne devrait pas assumer les nouvelles responsabilités de surveillance du cessez-le-feu libanais.

Khaddam, en parlant des « Américains et d’autres », a déclaré : « Le porte-avions et les navires de guerre qui rôdent en Méditerranée ne sont qu’une nouvelle image moderne des expéditions colonialistes et des Croisades auxquelles notre nation arabe a été exposée à divers stades de son histoire. »

« Nous sommes convaincus que notre nation arabe vaincra les nouveaux envahisseurs qui reviennent avec leurs visages laids et leurs redoutables machines de guerre. L’intervention américaine d’un côté dans la guerre civile au Liban représente un danger pour la région. »

Il a déclaré qu’il serait faux pour « les États-Unis et leurs alliés » d’impliquer leur peuple dans une guerre et il a prédit que « l’implication américaine au Moyen-Orient serait aussi funeste qu’elle l’a été au Vietnam ».

Ni Shultz ni la représentante de l’ONU Jeane Kirkpatrick n’étaient dans la salle pendant le discours de Khaddam, bien qu’il y ait des membres moins importants de la délégation américaine assis alors que Khaddam critiquait la politique américaine et son soutien à Israël.

Il a décrit les forces américaines au Liban comme « la base avancée avant-gardiste » de l’impérialisme américain « qui sert les objectifs agressifs d’Israël. »

Il a déclaré que la Syrie insistait sur le retrait inconditionnel d’Israël de tout le Liban et l’annulation de l’accord de retrait des troupes israéliennes du Liban négocié par Shultz en mai. Damas a rejeté cet accord.

Il a soulevé la question de l’expulsion d’Israël des Nations unies « parce qu’Israël a violé ses propres engagements » de retrait des territoires occupés et de traitement des Palestiniens.

À défaut de cela, il a suggéré que les Nations unies imposent des sanctions contre Israël.

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp