Khaddam démissionne de son poste et critique le monopole du pouvoir du président syrien

publisher: كونا Kuna

Publishing date: 2005-12-31

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Le vice-président syrien Abdel Halim Khaddam, actuellement en exil volontaire à Paris, a annoncé sa démission de son poste. Il a critiqué ce qu'il a qualifié de monopole du pouvoir du président Bachar Al-Assad comme l'un des facteurs contribuant à la détérioration de la situation en Syrie.

Dans une interview accordée à la chaîne Al-Arabiya depuis sa résidence à Paris, Khaddam a révélé que plusieurs menaces avaient été proférées contre le défunt Premier ministre libanais Rafiq Hariri avant son assassinat. Ces menaces auraient impliqué le chef des services de sécurité syriens au Liban, Rustam Ghazali, et de hauts responsables libanais. Khaddam s'est abstenu d'accuser une partie spécifique d'être responsable du crime.

Khaddam a exprimé sa surprise face aux suggestions impliquant Ahmed Abu Adass ou des individus dans l'opération, déclarant que l'assassinat de Hariri a été exécuté avec une technologie de pointe par une entité bien équipée, capable de gérer une opération d'une telle envergure.

Khaddam a appelé à attendre les résultats de la Commission d'enquête internationale chargée d'enquêter sur l'assassinat de Hariri. Il a souligné la reconnaissance et le soutien international apportés à cette enquête, déclarant qu'il serait prématuré d'attribuer la faute à une partie spécifique à ce stade.

Concernant le rapport présenté par le président de la commission, le juge Detlef Meles, Khaddam l'a qualifié de technique et professionnel. Il a noté que le juge Meles avait fourni un résumé de ses conclusions, car la divulgation de tous les détails pourrait compromettre l'intégrité de l'enquête. Khaddam a salué Meles comme un professionnel compétent qui a évité de politiser l'enquête, et a souligné que le rapport avait été rédigé sur la base des preuves recueillies auprès des suspects.

Khaddam a déclaré qu'il avait rencontré le président Assad plusieurs jours après l'assassinat de Hariri et l'avait informé que Ghazali était la personne responsable de la crise au Liban. Khaddam a exhorté Assad à former un comité chargé d'enquêter sur les événements au Liban. Cependant, au lieu de démettre Ghazali de ses fonctions, le président Assad a prolongé ses fonctions.
Khaddam a déclaré que Hariri avait fait face à de nombreuses menaces, rappelant un incident au cours duquel il avait entendu le président Bachar al-Assad prononcer des mots durs en présence de responsables de la sécurité syriens, peu avant la prolongation de plusieurs mois du mandat du président libanais Emile Lahoud. Khaddam a raconté comment il avait ensuite rencontré Assad et l'avait mis en garde contre les conséquences potentielles de tels propos, en particulier lorsqu'ils étaient prononcés en présence de responsables de la sécurité. Il a ajouté que le président Assad avait réalisé son erreur, surtout après avoir appris que Hariri souffrait de saignements de nez. Assad a alors demandé à Khaddam de contacter Hariri, d'organiser une réunion et de résoudre la « crise » provoquée par ces paroles dures. Khaddam a révélé qu'il avait été informé que Ghazali avait insulté l'ancien Premier ministre libanais Hariri et président du Parlement libanais, Nabih Berri, ainsi que détourné une somme importante de 35 millions de dollars de la banque libanaise Bank Al-Madina. Khaddam a affirmé avoir informé le président Assad de ces allégations.

Khaddam a mentionné avoir demandé à Hariri de quitter le Liban après la décision de prolonger le mandat de Lahoud, en raison de sa situation compliquée en Syrie. En réponse aux informations suggérant une réunion en Syrie pour discuter de l'assassinat de Hariri, impliquant Khaddam et cinq autres responsables, Khaddam a nié avec véhémence qu'une telle réunion ait eu lieu. Khaddam a critiqué la manière dont le gouvernement syrien a traité diverses questions et leur interprétation erronée, affirmant qu'il avait fait part de ces préoccupations au président Assad. Il a notamment souligné l'implication de la Syrie, par l'intermédiaire du ministre des Affaires étrangères Farooq al-Shara, dans la résolution internationale 1559 concernant la présence syrienne au Liban. Khaddam a en outre révélé qu'il avait mis en garde Assad contre la situation précaire de la Syrie après la publication de la résolution, et a mis en garde contre les illusions selon lesquelles Washington se précipiterait pour négocier la situation en Irak.
Khaddam a souligné que le plus grand problème surgit lorsqu’un État manque d’une politique claire, ce qui l’entraîne sur un chemin périlleux vers l’obscurité totale. Il a affirmé que si le président Bachar Al-Assad avait suivi ses conseils, la Syrie ne se serait pas retrouvée dans le champ de mines actuel. Khaddam a conclu en affirmant sa conviction que le processus de développement et de réforme, qu'il soit politique, économique ou administratif, ne progresserait pas sans une orientation appropriée.

Il a mentionné s'être rendu une fois à Paris et avoir exprimé son souhait que le président français Jacques Chirac envoie un groupe d'experts français pour aborder certaines questions en Syrie. Il a ajouté que même si la France avait envoyé des experts et fourni plusieurs suggestions, les progrès restaient stagnants. Khaddam a souligné le rôle limité des institutions syriennes à l’époque actuelle, affirmant qu’elles servaient principalement à approuver les décisions prises par les dirigeants syriens. Il a souligné un phénomène de corruption inquiétant et sans précédent en Syrie, qui a entraîné l'émergence de nombreux millionnaires alors que la moitié de la population syrienne vivait en dessous du seuil de pauvreté et que l'autre moitié luttait pour l'atteindre. Seules quelques personnes ont connu la prospérité en raison de la corruption endémique. Concernant sa présence actuelle à Paris, Khaddam a déclaré qu'il avait retrouvé la liberté d'écrire ses mémoires sur l'époque où il était une figure clé du gouvernement syrien. Il a nié toute expulsion ou éloignement, précisant qu'après réflexion, il s'est rendu compte qu'il devait choisir entre le pays et le régime. Il a opté pour le pays, car il représente la réalité permanente, alors que les régimes sont des événements temporaires dans l'histoire du pays, comme tous les autres. Il a affirmé entretenir de bonnes relations avec le président Assad et l'avoir rencontré avant son départ pour Paris, niant toute menace avant de quitter la Syrie. Interrogé sur son rôle dans la mise en œuvre de l’accord de Taëf, Khaddam a reconnu l’échec des dirigeants syriens et libanais à mettre pleinement en œuvre l’accord, ainsi que des cas de mauvaise conduite des deux côtés. Concernant le suicide de l'ancien ministre syrien de l'Intérieur Ghazi Kanaan, Khaddam a suggéré que, compte tenu des circonstances entourant Kanaan et des pressions auxquelles il a été confronté, le suicide pourrait être une explication plausible.


Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp